Le Réseau Sortir du Colonialisme participe à la coalition « Nos droits contre leur privilèges ».  Il organise la 12èe édition de la semaine anticoloniale qui aura lieu du 3 au 21 mars http://anticolonial.net/spip.php?article3019. Elle aura plusieurs temps forts dont le salon anticolonial des 4 et 5 mars à la Bellevilloise et la manifestation contre les violences policières et toutes les formes de colonialisme et de racisme le 19 mars.  Les élections présidentielles et législatives ne peuvent être réduites aux enjeux strictement franco français car elles dépendent d’une situation marquée par la  globalisation, la guerre, la montée de l’autoritarisme ( Trump, Poutine , Erdogan) sur un fond de nouvel ordre colonial. Cette situation de chaos  géopolitiqueoblige les mouvements sociaux à définir de nouvelles stratégies d’émancipation :

 

Le nouvel ordre colonial :

La décolonisation n’est pas terminée. Les peuples voulaient la liberté, la souveraineté et la justice. Ils n’ont eu aucune des trois. Liberté formelle, souveraineté de pacotille, justice bafouée. La colonisation perdure :

– colonisation classique : Palestine, Sahara Occidental, Malouines, Tchetchénie, Kurdistan, Tibet …; colonisation des territoires d’outre mer (Kanakie, Polynésie, Mayotte…), peuples indigènes ;

– nouvelles questions coloniales ; accaparement des terres, dette financière et écologique, pillage des ressources naturelles et culturelles, NOMIC, privatisation des services publics et démantèlement des Etats.

– La situation postcoloniale engendrée par l’histoire coloniale et l’idéologie raciste dans notre propre pays :

L’ordre colonial est à la fois un mode d’organisation de l’espace   et une idéologie de légitimation. Le colonialisme signifie le contrôle exercé par un peuple sur un peuple étranger. Mais par extension, on appelle colonie toute possession d’une communauté donnée par une entité extérieure. Le colonialisme est un système politique, économique, culturel, financier que l’on peut définir comme un système socio racial. Les formes du colonialisme sont variées : comptoirs, colonisation de peuplement, de domination, colonialisme interne,  néocolonialisme. Mais la définition générale, celle d’une entité qui domine un peuple, une nation, un pays ne change pas

L’idéologie coloniale repose sur l’inégalité, sur l’instrumentalisation de la différence de développement entre les nations et sur la suprématie de la civilisation occidentale. L’Etat colonial est fondé sur une idéologie qui dépersonnalise les êtres humains et les transforment en indigènes, indépendamment de ce qu’ils sont et  ce au nom de la civilisation. Le racisme est inhérent au colonialisme ; le racisme est le fondement de l’idéologie coloniale à la fois comme pratique institutionnalisée ( ex code noire et code de l’indigénat) , comme pratique quotidienne structurant les rapports sociaux (colons ou békés) , mais aussi comme cadre mental.

L’héritage colonial en France : Ce qui est visible ce sont les traces de la colonisation jusque dans le Droit français. Le colonialisme c’est d’abord un Etat d’exception permanent

– Dés 1834, l’internement administratif est instauré en Algérie où il va perdure seulement jusqu’en 1962 mais jusqu’ à nos jours puisqu’il s’exporte à partir de 1938 (exilés politiques espagnols, puis communistes, puis juifs. Aujourd’hui, il est appliqué aux sans papiers , aux étrangers en situation irrégulière et s’exprime par des détentions arbitraires dans des centres de rétention.
– L’état d’urgence appliquée en 1955 en Algérie est validé en 56 par les pouvoirs spéciaux votés par tous les partis  et s’appliquera aux révoltes des banlieues en 2005

– La responsabilité collective, Instaurée par Bugeaud en 1844 , une réparation obtenue en compensation de destructions perpétrées par certains résistants va s’appliquer à l’ensemble de villages musulmans. Cela rappelle non seulement les pratiques d’Israël envers la population palestinienne (destructions  arbitraires de maisons , notamment de familles n’ayant même plus de lien avec leurs parentés  entrés en résistance. Mais cela s’applique aux Roms qui ont été désignés comme une minorité délinquante portant donc la responsabilité collective. Cette rupture avec l’individualisation des poursuites est une rupture essentielle avec l’Etat de droit et la démocratie

L’héritage colonial est visible également dans la politique étrangère française.  La Françafrique , cet alliage entre le politique, le militaire, les hommes d’affaires et les grandes entreprises à travers des réseaux maffieux. La Françafrique a placé la corruption au coeur de l’Etat. La politique étrangère est toujours marquée par la grandeur de la France et sa mission civilisatrice. Cet héritage peut avoir de grandes conséquences comme il y a 20 ans où l’armée française au Rwanda cautionna le génocide des Tutsis par les Hutus.

L’héritage colonial se vit aussi dans les situations que l’on nomme post coloniale. On le vit à travers l’enjeu de la guerre des mémoires autour de la guerre d’Algérie, de la mémoire de l’esclavage, du thème récurant sur le bilan positif de la colonisation. Mais on le vit plus largement dans la perception et le sentiment que se font une partie des habitants des quartiers populaires d’être considérés comme des sous – citoyens, des citoyens de seconde zone, de ne pas avoir d’existence politique. Plus que comme des pauvres ou des exclus, les habitants des quartiers considèrent qu’ils sont stigmatisés parce que n’appartenant pas à la communauté des bons français. Comme le disait Frantz fanon ou Albert Memmi, on est colonisé à travers le regard que porte les autres sur vous. On ne peut résoudre la question sociale sans répondre aux questions identitaires. L’égalité des droits a été au fondement de la révolte non violente des jeunes de la marche pour l’égalité et contre le racisme, il y a 30 ans comme à celle des révoltes des banlieues en 2005.

Depuis une vingtaine d’années, s’est imposée une mondialisation basée sur un capitalisme autoritaire fondée sur une logique de marchandisation de l’être humain, de la société internationale et des populations de la planète. Parallèlement à cela la liberté de circulation des populations est restreinte, au nom de la menace terroriste qui devient un prétexte en faveur de mesures liberticides. Ainsi, se développent la peur, le fatalisme, le repliement des uns et des autres, le tout sur fond de guerres justifiées soit pour des raisons de captation des ressources naturelles, soit pour transposer un modèle dit démocratique comme sous l’ère de  G. Bush, soit pour combattre Daesh. Dès lors les différentes règles de droit international, garantissant le droit des peuples, entre autres l’interdiction de l’utilisation de mesures économiques pour se trouvent remises en cause.

Face à ces attaques le droit des peuples à l’autodétermination est gravement menacé par l’existence et l’expansion de ce seul modèle social international.

Sur le plan international, un petit groupe d’Etats puissants  et d’entreprises transnationales prennent, à huit clos, des décisions qui  déterminent la vie et les conditions de vie des peuples. Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que la régulation juridique internationale et le droit international construit après la deuxième guerre mondiale subissent une dégradation généralisée que ce soit  sur le droit interne des Etats, et en conséquence, sur le droit des peuples à disposer d’eux mêmes et plus encore sur les droits civils et politiques et sur les droits économiques, sociaux et culturels et environnementaux. Outre, la guerre militaro financière faite aux Etats et aux peuples, outre la guerre menée contre les migrants, une guerre est faite aux gens à coups de dérégulation des acquis sociaux mais aussi de restriction des libertés publiques et privées.

Face à ce nouvel ordre coloniale, il s’agit de construire une stratégie d’émancipation fondée sur une nouvelle alliance entre les peuples du Nord et du Sud, entre celles et ceux qui se battent contre l’extractivisme, l’accaparement des terres, le pillage de leurs ressources naturelles et celles et ceux qui se battent ici contre l’héritage post colonial.

 

The following two tabs change content below.
Sortir du colonialisme

Sortir du colonialisme

Sortir du colonialisme

Derniers articles parSortir du colonialisme (voir tous)

Share This